6 septembre 2022

Famille de Sérignan/Valras : les Aguilhon ou Aguillon

Par René Vidal

Nombreux sont les sérignanais qui se souviennent de la pharmacie Aguilhon en face de l’ancienne mairie. Qui sait quand cette famille est venue s’installer à Sérignan?

Les ancêtres

Il faut remonter an l’an XII de la République (1803-1804) pour trouver les premières mentions de ce patronyme.

Trois frères Louis, Joseph et Jean-Jacques et une sœur Anne se marient à Sérignan:

  • Le 10 nivôse XII (1er décembre 1803) Louis épouse Jeanne Galibert (originaire de Béziers).
  • Le 12 floréal XII (2 mai 1804) Anne épouse Raymond Maury.
  • Le 13 floréal XII (3 mai 1804) Jean Jacques épouse Marie Catherine Galibert (sœur de Jeanne).
  • Le 28 fructidor XII (15 septembre 1804) Joseph épouse Marguerite Crouzillac.

Tous les quatre sont enfants de Pierre(1) Aguilhon, jardinier, et de Marie Anne Cambon.

Ils faisaient partie d’une fratrie de 8 enfants:

  • 2 filles: Anne et Thérèse, nées au Poujol-sur-Orb.
  • 6 garçons:
    • Pierre l’aîné, né à Pézenas. Il se mariera au Poujol-sur-Orb où il aura une nombreuse descendance.
    • Louis, Jean-Jacques, Joseph et 2 jumeaux Gabriel et Etienne, tous nés au Poujol-sur-Orb.

Plus tard, la famille ira s’installer à Bédarieux où en 1783 décédera une des deux filles : Thérèse.

C’est donc entre 1783 et l’an XIII (1803) que Pierre(1) et Marie Anne Cambon sont venus à Sérignan. Pierre(1) y meurt le 11 novembre 1829. Je n’ai pas trouvé le décès de Marie Anne Cambon. Certains généalogistes le situent à Pézénas en 1796 ce qui est impossible puisqu’elle est présente au mariage de chacun de ses enfants en 1803-1804.

Pierre(1) et Marie Anne s’étaient mariés à Pézénas le 10 octobre 1769.

 (A.D 34 – Pézenas  5MI 22/6  photo 171)

Il était fils de Pierre(2) Aguillon, jardinier et de Jeanne Paule.

Marie Anne Cambon était fille de Jean Raymond et de Jeanne Castanier de Pézenas:

  • Jean Raymond était fils de Jean Pierre, marié à Jeanne Camboulive. Je n’ai rien trouvé au dessus.
  • Jeanne Castanier était originaire de Lézignan-la-Cèbe fille de Jacques, tonnelier, et de Jeanne Cambon.

Pierre(2) Aguilhon s’était marié le 23 octobre 1736 à Pézenas avec Jeanne Paule.

Le 23 (octobre 1736) ont épousé Pierre Aguilhon et Jeanne Paule nos paroissiens…

A.D 34  Pézenas 1 MI 199/6 photo 148

Hélas, le brave curé de la paroisse Saint Jean-Baptiste ne mentionne pas les parents… Cela peut vouloir dire que les parents étaient absents ou décédés. Il ne mentionne pas si les mariés étaient majeurs, et écrit seulement « nos paroissiens » : ils seraient donc de souche piscénoise.

Si Pierre(2) se marie en 1736 c’est qu’il a au moins 20 ans donc né vers ou avant 1716. Dans son acte de décès en 1782 à Bédarieux il est indiqué son âge: 75 ans. Il est donc né vers 1707. Il va falloir chercher entre 1706 – 1716 une naissance de Pierre Aguilhon. Le seul que nous trouvons en remontant jusqu’en 1626 est né le 19 février 1708 ce qui correspond à nos estimations:

Il était fils de Jean et de Catherine Thomas.

Malheureusement, aucune trace de ce mariage à Pézenas et plus aucune possibilité de connaître les parents de Pierre et Catherine. Pourtant, il y a des Aguilhon à Pézenas depuis au moins 1626, date du baptême de Marie Aguilhon, fille de Jean et de Jeannette Deveze, mais rien ne nous permet de dire que Pierre(2) est leur descendant.

L’orthographe: Aguilhon ou Aguillon?

Revenons maintenant à l’orthographe du nom : Aguillon ou Aguilhon?

La même personne peut en changer selon les actes, voire sur le même acte!

Le 10 nivôse an XII, acte de mariage de Louis Aguilhon:

Le rédacteur écrit Aguilhon. Mais si l’on observe les signatures:

Le marié, son père et certainement son frère Jean-Jacques signent Aguillon!

Autre acte, le 2 germinal an XIII, acte ne naissance de Marie, fille de Louis. L’officier d’état civil écrit Louis Aguilhon, mais déclare la naissance de sa fille Marie Aguillon ! :

Et sur tout les actes qui vont suivre, les deux orthographes vont se mélanger!

Il peut exister une explication. En occitan « ilhon » se prononce comme « illon » en français.

Les « Aguillon » venant de Pézenas dont les aïeux ont peut-être connu Molière, ont appris à écrire en bon français. Notre brave sérignanais, rédacteur des actes mentionnant « Aguilhon » était un bon occitan. Mais rien ne permet atcuellement de retenir cette thèse sérieusement, sinon la plaisanterie!

Leur descendance sur Sérignan

Je ne vais pas faire l’arbre des trois frères Aguillon (Aguilhon), chacun en a la possibilité sur le site de généalogie d’Histoire de Sérignan.

Je signalerai simplement que je n’ai trouvé de descendants sérignanais que pour deux mariages:

  • Joseph et Marguerite Crousillac qui ont eu :
    • Pierre en 1804
    • Joseph Pierre en 1806
    • Jean Jacques en 1809
    • Marie Anne en 1813
    • Rose en 1816
    • Joseph en 1818
  • Louis et Jeanne Galibert qui ont eu :
    • Marie Anne en 1806
    • Gabrielle en 1809
    • Pierre en 1813
    • Rose en 1814
    • Jean François en 1819

Je n’ai pas trouvé de descendance sérignanaise à Jean Jacques et Marie Catherine Galibert.